Accueil > Prier avec nous > Homelies > Saint Pierre et Saint Paul, apôtres

 

Saint Pierre et Saint Paul, apôtres

29 juin 2014
St Pierre et St Paul (TOL)

Quand, au fil des mois, l’Eglise met en lumière la vie des saints, elle dit ceci : « Sei-gneur, tu es glorifié dans l’assemblée des saints : lorsque tu couronnes leurs mérites, tu couronnes tes propres dons. » Cette observation se vérifie dans les textes que l’E-glise nous propose pour célébrer Pierre, celui qui fut le premier à confesser la foi et Paul, celui qui l’a mise en lumière. » Dieu les a pris comme ils étaient et il leur a don-né la force de remplir la mission à laquelle il les a appelés.

Pierre fut le premier à dire sa foi. Cela s’est passé à Césarée de Philippe, en pays païen. Ce jour-là, Jésus interroge ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? ». A cette question, les disciples répondent sans difficulté mais quand Jésus pose la question « Pour vous qui suis-je ? » Seul, Pierre, un travailleur manuel, répond : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Les autres disciples, qui habituellement n’ont pas la langue dans leur poche, ne contestent pas l’affirmation de Pierre.
En interrogeant ses disciples, Jésus les a mis en situation de dire ce qu’ils ont observé chez les autres et d’exprimer leur conviction personnelle, une conviction éclairée par une lumière donnée par celui que Jésus appelle son Père.

- De son côté, Paul, un intellectuel enfermé dans ses convictions, aveuglé lui-même par la lumière de Jésus ressuscité se laisse travailler par sa découverte et éclaire les questions que se posent les premières communautés chrétiennes composées de Juifs et de païens.
²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²
Aujourd’hui l’Eglise nous invite à regarder ces deux croyants dans une situation particulière.
- Les Actes des Apôtres nous ramènent à Jérusalem, en l’an 43 ou 44. La jeune Eglise est menacée. Un des apôtres, Jacques, est arrêté et décapité. A son tour, Pierre est arrêté mais il est libéré de bien curieuse manière. Le récit nous renvoie au récit de la mort et de la résurrection de Jésus.

Pierre est donc en prison, sous surveillance renforcée. Cela ressemble à la paralysie de la mort. Un ange vient le libérer. Les mots que Luc emploie sont les mots qui ra-content la résurrection de Jésus. L’ange le "réveille" et le fait "se lever".
Au tombeau de Jésus, la pierre est roulée on ne sait par qui. Dans la prison, ce sont les chaînes qui tombent.
Ce qui se passe à la sortie de prison rappelle ce qui s’est passé le matin de Pâques. Une femme, Marie Madeleine, a été la première à être témoin de la résurrection de Jésus. C’est une jeune servante qui est la première à constater la libération de Pierre. Marie Madeleine reconnaît Jésus à sa voix. La jeune servante, derrière la porte, re-connaît la voix de Pierre.
Les apôtres n’ont pas cru ce que racontait Marie Madeleine. Stupéfaite, la jeune servante en oublie d’ouvrir la porte et va annoncer la nouvelle aux chrétiens rassemblés. Ils sont en train de prier mais ils la prennent pour une folle : « Tu délires ! »
Enfin après avoir demandé que l’on annonce largement la nouvelle, Pierre s’éclipse pour "aller vers un autre lieu". Pour certains, cela évoque Jésus qui disparaît le jour de l’Ascension. Pour d’autres, l’autre lieu serait Rome où règne Néron, l’empereur qui se prend pour un dieu. C’est à Rome que Pierre subira le martyre.
Ce récit est comme l’illustration de la Parole de Jésus dans l’Evangile : La puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle." Toujours, le Christ ressuscité arrachera son Eglise des mains de tous les Hérode qui défilent au long de l’Histoire.

²²²²²²²²²²²²*²²²²²²²²²²²
Dans sa 2ème lettre à Timothée, Paul est aussi en prison. Il fait le bilan de sa vie. Il a profité de toutes les occasions pour annoncer la mort et la résurrection de Jésus. Il est resté fidèle malgré les oppositions qu’il a rencontrées. Le Seigneur lui a donné assez de force pour annoncer l’évangile à toutes les nations païennes.
Comme Jésus, il a été abandonné par les siens. Personne ne s’est présenté pour le dé-fendre. Comme Jésus, il pardonne avant de mourir.
Apparemment, sa vie, comme celle de Jésus, finit sur un échec. Il va être condamné et exécuté. Il sait en qui il a mis sa foi. Il va comparaître devant des juges soumis au pouvoir mais il sait que Jésus, "le juste juge ", le récompensera.
*
En fêtant Pierre et Paul, nous regardons surtout Jésus. C’est lui qui reste le personnage principal de toute fête chrétienne.
Les figures de Pierre et de Paul nous donnent une clé pour lire l’Histoire de l’Eglise à travers les siècles. Tout au long de son histoire, l’Eglise a été et sera marquée par la fragilité humaine. Pierre a navigué entre enthousiasme et effondrement avant de de-venir pécheurs d’hommes. Paul voulait faire disparaître les disciples de Jésus et il passe toute sa vie à les rassembler pour constituer des communautés chrétiennes.

C’est avec cette fragilité humaine que le Christ sans cesse construit SON Eglise. C’est la force de la résurrection du Christ qui a fait que ces deux hommes, Pierre et Paul, toujours marqués par leur passé, ont inoculé dans la société de leur temps une espérance. Ils n’ont jamais été des héros. Avec humilité et ténacité, ils ont voulu de-venir des disciples et ils ont été conduits là où ils ne pensaient pas aller.

« Je bénirai le Seigneur en tout temps
De toutes les épreuves, Dieu délivre ses amis. » Ps 33

D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>