Accueil > Prier avec nous > Auteur patristique > SAINT JEAN CHRYSOSTOME

 

SAINT JEAN CHRYSOSTOME

SAINT JEAN CHRYSOSTOME

LA VICTOIRE ADMIRABLE

Vois-tu cette victoire admirable ? Vois-tu les réussites de la Croix ? Vais-je maintenant te dire quelque chose de plus admirable ? Apprends la manière dont cette victoire s’est réalisée et tu seras plus stupéfait encore. Le Christ a dominé le démon par cela même qui avait permis au démon de triompher. Il l’a combattu avec les armes dont le démon s’était servi. Écoute comment.

Une vierge, le bois et la mort, voilà les symboles de notre défaite. La vierge, c’était Ève, car elle ne s’était pas unie à l’homme ; le bois, c’était l’arbre ; et la mort, la peine encourue par Adam. Mais voici, en revanche, que la vierge, le bois et la mort, ces symboles de la défaite, sont devenus les symboles de la victoire. Au lieu d’Ève, Marie ; au lieu du bois de la connaissance du bien et du mal, le bois de la Croix ; au lieu de la mort d’Adam, la mort du Christ.

Tu le vois : le démon a été vaincu par ce qui lui avait donné la victoire. Il avait vaincu Adam avec l’arbre ; le Christ a triomphé du démon avec la croix. L’arbre envoyait en enfer, la croix en a fait revenir ceux qui y étaient descendus. En outre, l’arbre servit à cacher l’homme honteux de sa nudité, tandis que la croix a élevé aux yeux de tous un homme nu, mais vainqueur.

Cette mort-là condamna ceux qui sont nés ensuite ; celle-ci ressuscita même ceux qui étaient nés auparavant. Qui dira les grandes œuvres du Seigneur ? Par sa mort nous sommes devenus immortels : voilà la puissance merveilleuse de la Croix.

As-tu compris cette victoire ? As-tu compris comment elle s’est réalisée ? Apprends maintenant comment elle a été obtenue sans qu’il nous en coûte. Nous n’avons pas ensanglanté nos armes, nous n’avons pas pris place dans l’armée, nous n’avons pas reçu de blessure, nous n’avons pas vu la guerre, et nous avons remporté la victoire. Au Seigneur, le combat ; à nous, la couronne. Puisque cette victoire est la nôtre, comme des soldats, chantons tous aujourd’hui l’hymne de la victoire, disons à la louange du Seigneur : "La mort a été engloutie dans la victoire. Ô mort, où est ta victoire ? Ô mort, où est ton dard venimeux ?".

Voilà le prodige que la Croix a réalisé en notre faveur ! La Croix, c’est le trophée dressé contre les démons, l’épée tirée contre le péché, l’épée dont le Christ a transpercé le serpent. La Croix, c’est la volonté du Père, la gloire du Fils unique, la joie du Saint-Esprit, la splendeur des anges, l’orgueil de saint Paul, le rempart des élus, la lumière du monde entier.

Homélie sur la Croix, P.G. 49, col. 396.

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>