Accueil > Prier avec nous > Textes d’auteurs cisterciens > Noël - Le Seigneur vient à nous - St Bernard

 

Noël - Le Seigneur vient à nous - St Bernard

SAINT BERNARD

LE SEIGNEUR VIENT À NOUS

"Voici, dit le prophète, que le nom du Seigneur vient de loin". Assurément, pour ceux qui considèrent d’où il vient, il est évident que c’est là une faveur inestimable et complètement incompréhensible qu’il ait daigné descendre d’une telle hauteur, dans l’horreur de notre prison. Qui pourrait en douter ? Il fallait à l’origine quelque chose de grand pour qu’une telle majesté divine daigne descendre de si loin en un lieu si indigne d’elle. Oui, il y avait là quelque chose de grand : une grande miséricorde, une immense compassion, une abondante charité.
En effet, dans quel but croyons-nous que le Christ est venu ? Nous le trouverons sans peine puisque ses paroles et ses œuvres nous crient clairement la raison de sa venue. C’est pour chercher la centième brebis égarée qu’il s’est hâté de descendre des montagnes, c’est pour que les miséricordes du Seigneur apparaissent avec plus d’évidence, ainsi que "ses merveilles à l’égard des fils des hommes" qu’il est venu vers nous. Admirable condescendance de Dieu qui nous cherche, et grande dignité de l’homme ainsi recherché ! Si celui-ci veut s’en glorifier, il ne sera pas sot, non que de lui-même il puisse être quelque chose, mais parce que celui qui l’a créé l’a fait si grand. En effet, toutes les richesses, toute la gloire de ce monde et tout ce qu’on peut y désirer, tout cela est moins que cette gloire, et même n’est rien en comparaison de cette gloire-là. "Qu’est-ce donc que l’homme, Seigneur, pour en faire si grand cas, pour fixer sur lui ton cœur ?"
Toutefois, je voudrais bien savoir pourquoi il a voulu lui-même venir à nous et pourquoi ce n’est pas plutôt nous qui sommes allés à lui. Car pour nous, c’était bien nécessaire ! Et, de plus, ce n’est pas l’habitude des riches d’aller chez les pauvres, même quand ils ont l’intention de leur faire du bien. C’était donc à nous, mes frères, qu’il convenait d’aller vers Lui. Mais un double obstacle nous en empêchait. Car nos yeux étaient aveugles, et lui, il habite une lumière inaccessible ; paralysés, couchés sur notre grabat, nous étions incapables d’atteindre la grandeur de Dieu. C’est pourquoi notre très doux Sauveur et le médecin de nos âmes est descendu de sa hauteur, et c’est pourquoi il a tempéré pour nos yeux malades l’éclat de sa gloire. Il s’est revêtu comme d’une lanterne, je veux dire de ce corps glorieux et pur de toute souillure qu’il a assumé. C’est là cette nuée légère et brillante sur laquelle le prophète avait prédit qu’il monterait pour descendre en Égypte.

Sermon 1 pour l’Avent, 6﷓8.

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>