Accueil > Prier avec nous > Auteur patristique > Noël -Homélie " Le mystère de Noël "

 

Noël -Homélie " Le mystère de Noël "

SAINT JEAN CHRYSOSTOME

MYSTÈRE DE NOËL !

Que dire ? Comment parler ? Ce prodige me jette dans la stupéfaction : L’Ancien des jours est devenu un petit enfant ; Celui qui siège sur le trône élevé et sublime est placé dans une mangeoire ; l’Impalpable, le Simple, l’Incomposé, l’Incorporel, est touché par des mains humaines ; Celui qui délie les liens du péché est lié par des langes, parce qu’il le veut ainsi. Car il a décidé de changer la bassesse en honneur, de revêtir de gloire l’ignominie et de montrer que les limites de l’abaissement sont celles de la force. Voilà pourquoi il se glisse dans mon corps : pour que moi, j’arrive au Verbe lui-même, et prenant ma chair, il me donne son Esprit ; ainsi, donnant et prenant, il me prépare le trésor de la vie. Il a pris ma chair pour me sanctifier ; il me donne son Esprit pour me sauver.
Que dire ? Comment parler ? "Voici que la Vierge concevra". Ce n’est plus à dire au futur, mais on voit avec étonnement que c’est arrivé ! C’est arrivé chez les juifs à qui cet oracle était adressé ; c’est cru par nous qui ne leur étions même pas connus. "Voici que la Vierge concevra", texte écrit de la synagogue, bien possédé par l’Église. Celle-là trouve un livre, celle-ci trouve une perle ; celle-là tisse la laine, celle-ci est revêtue de la robe de pourpre. La Judée l’enfante, la terre entière le reçoit. La Synagogue le nourrit et l’élève, l’Église le tient dans ses mains et en jouit. Chez la première, le sarment de vigne, chez moi la grappe de vérité. Elle a vendangé la grappe, et les nations boivent le breuvage mystique. Elle a semé en Judée le grain de froment, les nations moissonnent les gerbes avec la faucille de la foi.
Aujourd’hui, est sorti de la Vierge celui qui a vaincu la nature et n’a pas eu besoin du mariage. Il convenait en effet que celui qui préside à la sainteté soit mis au jour par un enfantement pur et saint. Car c’est Lui-même qui a formé Adam d’une terre vierge, et qui, sans femme, a formé d’Adam la femme. Comme Adam a mis au jour une femme, sans femme, ainsi la Vierge a enfanté aujourd’hui un homme, sans homme.
Aujourd’hui, l’antique lien est délié, le Diable confondu, les démons en fuite, la mort détruite, le paradis repeuplé, la malédiction effacée, le péché rejeté, l’erreur ligotée. La vérité revient, et la parole qui nous donne d’aimer Dieu est partout répandue, elle court à travers le monde. La vie céleste est plantée sur la terre, les Anges communiquent avec les hommes et les hommes parlent sans crainte avec les Anges. Pourquoi cela ? Dieu est venu sur terre, l’homme est introduit au ciel : c’est le grand échange. Il vient sur terre, alors qu’il est tout entier au ciel. Tout entier au ciel, il est tout entier sur la terre. Étant Dieu, il est devenu homme, sans nier qu’il soit Dieu. Verbe impassible, il s’est fait chair !
Que dire encore ? Comment parler ? Je vois un charpentier, une crèche, un enfant, des langes, une Vierge qui met au monde dans le dénuement. Tout est pauvre, tout respire la pauvreté. Mais, vois-tu, que de richesses dans cette pauvreté ! Vois comme il s’est fait pauvre pour nous, alors qu’il était riche ! Vois comme il n’a ni lit, ni couverture, mais comme il est placé tout nu dans la crèche ! Ô pauvreté, source de notre richesse ! Ô richesse sans mesure sous les dehors de la pauvreté !

Homélie 2 sur Noël, 2

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>