Accueil > Prier avec nous > Commentaires 1ére lecture > Fête de la Sainte Trinité - Proverbes 8,22-31

 

Fête de la Sainte Trinité - Proverbes 8,22-31

1ère lecture : Proverbes 8/22-31

Ecoutez ce que déclare la Sagesse :
22 Le Seigneur m’a faite pour lui,
principe de son action,
première de ses œuvres, depuis toujours.
23 Avant les siècles j’ai été formée,
dès le commencement, avant l’apparition de la terre.
24 Quand les abîmes n’existaient pas encore, je fus enfantée,
quand n’étaient pas les sources jaillissantes.
25 Avant que les montagnes ne soient fixées,
avant les collines, je fus enfantée,
26 avant que le Seigneur n’ait fait la terre et l’espace,
les éléments primitifs du monde.
27 Quand il affermissait les cieux, j’étais là,
quand il traçait l’horizon à la surface de l’abîme,
28 qu’il amassait les nuages dans les hauteurs
et maîtrisait les sources de l’abîme,
29 quand il imposait à la mer ses limites,
si bien que les eaux ne peuvent enfreindre son ordre,
quand il affermissait les fondements de la terre.
30 Et moi, je grandissais à ses côtés.
Je faisais ses délices jour après jour,
jouant devant lui à tout moment,
31 jouant dans l’univers, sur sa terre,
et trouvant mes délices avec les fils des hommes.

Le livre des Proverbes est un ensemble de sentences fondées sur l’observation de la vie, à partir d’un regard de foi. « Ces sentences sont le fruit de longs siècles d’observation que les fils d’Israël ont pu faire, les intégrant dans une expérience vécue de leur foi ancestrale. Elles expriment soit des avertissements, soit des règles de conduite attribuées, selon une convention littéraire, à Salomon, dont la Sagesse est proverbiale » Ruelle dans Prions Ensemble 152.
Ces sentences appuyées sur des observations soignées s’expriment « en termes ramassés et souvent pittoresques et visent à guider la conduite ». Osty.
La Sagesse est-elle le bien suprême ? Elle l’emporte en tout cas sur la force : « Heureux l’homme qui a trouvé la Sagesse ». C’est Yahvé qui en est le dispensateur, et donc la sagesse est bien autre chose qu’une qualité ou un don du Seigneur.
La Sagesse est à comprendre comme personnifiée sans pour autant y voir une personne précise, mais plutôt comme une personnification poétique, « car le monothéisme jaloux des Hébreux répugne à identifier Dieu à la Sagesse. » Il y a diverses lectures de la Sagesse : les chrétiens y ont vu Jésus-Christ ou bien le Saint Esprit alors que les juifs y voient la Torah, présente auprès de Dieu depuis toujours.
Le chapitre 8 du livre des Proverbes est le plus riche du livre. « Après un nouveau et pressant appel (1-11), la Sagesse vante ses richesses (12-21), son origine privilégiée et son rôle dans la création (22-31) » Osty. C’est ce dernier passage qui correspond à la péricope de ce dimanche de la Trinité. La Sagesse, présente près de Dieu lors de la création, vise à être l’intermédiaire entre Dieu créateur et les hommes.
Isaïe reprend le même thème en 40,12-14 : « qui a mesuré l’eau de la mer dans le creux de sa main…qui a pris la dimension de l’esprit de Yahvé…avec qui a-t-il tenu conseil ? »
Toute l’action de Dieu va se dérouler avant et pendant la création en la compagnie de la Sagesse. Pour insister sur l’antériorité et sur la non origine de celle-ci qui existait avant tout et était déjà présente avant l’origine du monde, le mot « avant » est employé plusieurs fois en opposition au « pas encore ».

V. 22 La parole est donnée à la Sagesse qui note son origine : « le Seigneur m’a faite pour lui » et le « Seigneur m’a créée » ; dans la suite toute l’œuvre de Dieu va se dérouler en sa présence et avec son aide : « j’étais à ses côtés ». Elle affirme et confirme sa présence aux côtés du Créateur alors qu’il crée.
L’insistance sur « avant / pas encore » dit, mieux encore, que la Sagesse ne dépend en aucune manière ni de la création, ni des créatures, ni de quoi que ce soit. Avant tout elle était, elle est. C’est avant tout la manière d’agir de YHWH qui est ici qualifiée. Son action préside avec Sagesse à toute la création et préexiste à son œuvre dont il est l’unique jaillissement.
Maillot écrit : « Et si la Sagesse est à la « genèse (ici c’est bien Genèse 1/1) du plan de Dieu », elle n’est, cependant, qu’une œuvre de Dieu, préalable à toutes les autres (v. 23ss) ; avant même ce que nous appelons le « temps », et que l’hébreu désigne par un terme signifiant étymologiquement « cacher » et qui sert aussi bien à désigner (ce que nous appelons) l’éternité préalable que celle qui vient. La Sagesse a été créée avant, disons avec un sourire, le fameux « Big-Bang »

V 27 : « il traçait l’horizon » : on en revient à la conception de l’univers des anciens : ils se représentaient la terre entourée d’eau et le ciel reposant sur des colonnes aux bords extrêmes de l’océan ; les astres étant suspendus à la voûte céleste.

V 30 : « Et moi, je grandissais à ses côtés. Je faisais ses délices jour après jour, jouant devant lui à tout moment » : non seulement elle fait la joie de Dieu mais aussi elle se réjouit des œuvres du Seigneur pour les hommes. V31 : « trouvant ma joie dans les fils des hommes ». « J’étais à ses côtés comme maître d’œuvre » : c’est dire de Dieu qu’il est un être vivant et actif, se réjouissant de faire rayonner sur d’autres son être et sa vie.

Marie-Noëlle Thabut dans son commentaire en déduit que « depuis l’aube du monde, l’humanité et le cosmos baignent dans la Sagesse de Dieu. Le monde créé n’est donc pas désordonné puisque la Sagesse est le maître d’œuvre…C’est bien la folie de la foi d’oser croire que Dieu est sans cesse présent à la vie des hommes et plus encore qu’il trouve ses délices en notre compagnie…C’est une folie mais le fait est là : si Dieu continue inlassablement de proposer son Alliance d’amour c’est bien parce qu’il « trouve jour après jour ses délices avec les fils des hommes ».

Nous trouvons ici la question que tous les hommes se posent à propos de la connaissance de Dieu : comment peut-on le connaître ? C’est à partir de la Sagesse qu’il donne à chacun à travers la compréhension de la création que nous pouvons connaître quelque chose de lui. Christ, Sagesse de Dieu « dont la création matérielle est une première étape du rayonnement créateur de son amour » nous révélera Celui qui est la Sagesse. Bien sûr il n’est pas question ici de Jésus Christ mais de la « Sagesse », de la Parole créatrice de Dieu. Mais Jésus est la Parole faite chair, dira saint Jean, à sa suite, la tradition a volontiers identifié Jésus à la Sagesse. La Sagesse prendra un nom : Jésus-Christ.

__Quelle relation ce texte peut-il avoir avec la fête de la Trinité ? On peut dire que le monde est irrigué depuis et dès avant sa création par l’amour trinitaire.
Il se manifestera pour un dévoilement décisif de cet amour trinitaire qui procédait à la création et à laquelle il ne cesse d’insuffler son Amour-Sagesse. Il révèlera un Dieu qui se plaît avec les hommes.

A la fin de notre lecture, le texte suggère les relations entre le Père et le Fils. « Dieu est trinité. Dieu est en lui-même mouvement et danse. Dieu nous invite depuis l’éternité à prendre part à sa danse ». Mireille NEGRE, Image de notre paroisse, 1995.

Ep. 1:3-6 « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis par toutes sortes de bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ. 4 C’est ainsi qu’Il nous a élus en lui, dès avant la fondation du monde, pour être saints et immaculés en sa présence, dans l’amour, 5 déterminant d’avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par Jésus Christ. Tel fut le bon plaisir de sa volonté, 6 à la louange de gloire de sa grâce, dont Il nous a gratifiés dans le Bien-aimé. »

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>