Accueil > Prier avec nous > Homelies > 7e Dimanche de Pâques

 

7e Dimanche de Pâques

7ème Dim. de Pâques -A- (TOL)

Dans ce monde qui ne sait plus comment faire pour aller n’importe où, Dieu a envoyé son Fils pour qu’il soit parmi les hommes, l’homme restauré, parfaitement serviteur. En fait, il a étonné, il a été suivi, rejeté, trahi, renié. Mais il faut quand même bien qu’un jour où l’autre le projet de Dieu se réalise dans la clarté.

Ce jour-là, Jésus se sait à la veille de son ultime combat : « L’heure est venue. » Il y a ainsi dans la vie des points de non-retour. L’heure est venue de manifester claire-ment que Dieu est amour et que cet amour offert à tous est absolument sans limites.
Dans une situation intenable, il faut que Jésus tienne, qu’il reste fidèle à la volonté de son Père. Sa prière est simple : « Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. »

Quelques remarques sur la gloire :
Dans le mot gloire, il y a l’idée de quelque chose qui a de la valeur. Ce mot ne fait pas partie de notre vocabulaire quotidien. La gloire, c’est bon pour les gens qui font des exploits et qui font parler d’eux dans les médias. Il arrive qu’on les décore devant les photographes. La gloire, on la reçoit toujours d’un autre. Il serait ridicule celui qui, pour honorer ses propres mérites, se mettrait devant une glace pour se décorer lui-même.

Jésus veut que son Père soit reconnu pour ce qu’il est, le seul Dieu capable de faire vivre. Cet objectif n’est pas à la portée d’un homme. Si Jésus, homme et Dieu, de-mande à être glorifié, c’est pour être en état, en sa situation d’homme, de glorifier son Père.
Il demande donc à son Père de ne pas permettre un moment de faiblesse. Le Père a d’ailleurs intérêt à soutenir son Fils. Si le Fils venait à faiblir, c’est lui, le Père, qui se-rait disqualifié. L’heure est venue de la victoire décisive ou de l’échec décisif. L’Alliance va réussir ou échouer.
On peut maintenant dire les choses ainsi : Jésus dit à son Père : Le moment est venu de te montrer en moi tel que tu es, pour que je ne te déçoive pas et que, par moi, les hommes te reconnaissent pour ce que tu es.

A partir de là, on pouvait imaginer que Dieu organise une mise en scène à l’image de celles que nous faisons pour glorifier quelqu’un : un salon, des invités, des discours, des médailles et des coupes de champagne. On sait ce qui s’est passé. C’est sur la croix que Jésus a montré quelle était sa force, sa capacité d’aimer.

²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²²
Jésus dit : « Ainsi comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. »

La vie éternelle n’est pas au bout de nos efforts. Elle est un don de Dieu. L’homme ne peut que la recevoir.
On peut s’attarder sur le verbe donner. Le don est au cœur de ce texte. Il y a sans ces-se demande de don et réception du don.

- Que le Père donne la gloire à son Fils et le Fils donnera la gloire à son Père.
- Le Père a donné à son Fils pouvoir sur tout être vivant et le Fils donnera la vie éternelle à tous ceux qui lui ont été donnés.
- Le Fils ne peut donner que ce qu’il a reçu et il ne garde rien pour lui.
- Il a donné à ses disciples les paroles qu’il a reçues de son Père.
- Le disciple, c’est celui qui accepte de recevoir.
- Etre en état de recevoir suppose qu’on souffre du manque et qu’on se désencombre de l’inutile et du superflu.
- La demande du don s’exprime dans la prière. Après la disparition de Jésus ? les Apôtres retournent à Jérusalem : « D’un seul cœur, ils participaient fidèlement à la prière avec quelques femmes dont Marie, mère de Jésus et avec ses frères. »

²²²²²²²²²²²²²²²²²²
Jésus dit : Je te prie « pour ceux que tu m’as donnés : ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi comme tout ce qui est à toi est à moi. »
A l’heure où les hommes du pouvoir vont manipuler le peuple et se déchaîner contre lui, Jésus entrevoit une portion d’humanité établie dans une parfaite harmonie. Tandis que le Fils retourne vers son Père, les disciples restent dans le monde,
Si on veut bien prendre l’image d’un débarquement qui précède une invasion, on peut dire que Dieu a établi au milieu des hommes, une tête de pont. Quelquefois, elle s’é-largit et quelquefois se rétrécit.
Il y a un monde entre l’attitude de l’homme qui veut se hisser par ses propres forces jusqu’à l’intimité de Dieu et celui qui se sait tout petit et attend d’être comblé en traversant parfois des situations intenables.
A partir de cette tête de pont, le don va pouvoir être proposé à toute l’humanité.

A ce moment de notre histoire, pensons à tous ces chrétiens à travers le monde qui subissent des tracasseries et la persécution. Ici ou là en Afrique, des chrétiens savent qu’ils risquent de se faire mitrailler à la sortie de la messe du dimanche. Et ils y vont.

St Pierre dit :« Que personne d’entre vous, en effet, n’ait à souffrir comme meur-trier, voleur, malfaiteur, ou comme agitateur. Mais si c’est comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte et qu’il rende gloire à Dieu pour ce nom-là. »

D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>