7e Dimanche A

1 Corinthiens 3:16-23

16 Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?
17 Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira. Car le temple de Dieu est saint, et ce temple, c’est vous.
18 Que personne ne s’abuse : si quelqu’un parmi vous se croit sage à la manière de ce monde, qu’il devienne fou pour être sage ;
19 car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu. Il est écrit en effet : Il prend les sages à leur propre ruse,
20 et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages. Il sait qu’elles sont vaines.
21 Ainsi, que personne ne fonde son orgueil sur des hommes, car tout est à vous :
22 Paul, Apollos, ou Céphas, le monde, la vie ou la mort, le présent ou l’avenir, tout est à vous,
23 mais vous êtes à Christ, et Christ est à Dieu.

A propose de ce texte :

La communauté de Corinthe était divisée au point que chacun se réclamait de l’apôtre qui l’avait baptisé, cherchant en lui un maître de sagesse, une sorte de gourou. Paul les interroge : qui sont-ils ceux-là dont vous vous réclamez ? Car c’est Dieu qui les a appelés et c’est encore lui qui donne la croissance. Paul élargit la perspective de la communauté et l’ouvre à l’Eglise tout entière : les baptisés forment un tout.

v.16 « ne savez-vous pas ? » Cette expression ne revient pas moins de dix fois dans cette lettre. Paul fait appel à une évidence, à des vérités reconnues dont les chrétiens de Corinthe sont conscients. Cette évidence c’est tout simplement qu’ils sont le nouveau temple de Dieu lequel n’a plus rien à voir avec le temple de Jérusalem mais comme dit Pierre en 1 P.2, 5 : « Vous-mêmes, comme pierres vivantes, prêtez-vous à l’édification d’un édifice spirituel, pour un sacerdoce saint, en vue d’offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ. 6 Car il y a dans l’Ecriture : Voici que je pose en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse, et celui qui se confie en elle ne sera pas confondu. »

v.16. Parlant du temple, il ne s’agit pas de l’enceinte mais du sanctuaire évoquant l’habitation même de Dieu.
"Paul fait valoir ici que le privilège d’être Sanctuaire revient à toute communauté du seul fait qu’elle se trouve fondée en Christ et que l’Esprit Saint habite en elle. Il effectue ainsi une transposition hardie du mode de représentation traditionnel au terme duquel le Temple, qui avait succédé au Tabernacle du désert, était le lieu de la résidence mystérieuse du Dieu toujours en marche et que le peuple avait appris à connaître lors de ses pérégrinations au désert, le lieu de sa shekina. Désormais l’Esprit tient lieu de shekina et toute communauté est Temple du fait même que Dieu se rend mystérieusement présent en elle à travers lui.
Paul innove-t-il en recourant à cette métaphore de la communauté-Temple, ou bien s’efforce-t-il de corriger l’usage qui en était fait par ailleurs ? Et puis comment a-t-on pu en arriver à exprimer l’idée selon laquelle une communauté est elle-même sanctuaire ? C’est en milieu essénien que s’est effectué le saut en direction d’une représentation spiritualisée du sanctuaire. » Chr. GRAPPE, Le Monde de la Bible, 113, p. 64.

Si la communauté chrétienne est bien le nouveau temple annoncé par le Christ, « un temple se dilatant sans cesse dans une croissance infinie » (Cl. Daniélou) c’est parce que Jésus avait annoncé en Jean « détruisez ce temple et en trois jours je le rebâtirai. Il parlait du temple de son corps. »

L’interdépendance des chrétiens entre eux, leur solidarité spirituelle, la nécessité de la participation de chacun pour aboutir au Christ plénier, Paul les présente souvent sous l’image du corps dont le Christ est la tête. Ici, il utilise la comparaison de l’édifice dont le Christ est le fondement.

v.17 « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira » : De quoi s’agit-il ? Pourquoi parle-t-il de destruction ? Parce que de fait le comportements de certains membres de la communauté est un travail de sape qui met toute la communauté, Temple de Dieu, en danger. Les enseignements erronés semés dans la communauté fait qu’elle s’auto-détruit, refusant à l’Esprit de l’animer.

Dans son livre « Le mystère du Temple », (Lectio divina) le Père. Congar parle d’une double application de l’idée du temple : au corps du chrétien individuellement pris, et à l’Eglise considérée comme un tout.
Le corps du Chrétien est temple du Saint Esprit. Pour Paul il n’y a aucune opposition, aucune priorité entre l’Église et le fidèle : l’un est nécessaire à l’autre et le Saint Esprit est principe pour l’un et pour l’autre. L’Église est collectivement un édifice, le Temple de Dieu, mais le principe qui fait d’elle un temple existe en chaque fidèle et fait de lui, également, un temple.
La communauté ou l’Église, temple de Dieu : dans la théologie paulinienne l’édification l’Église est comparée soit à un édifice que l’on construit, soit à un corps qui grandit, non sans passage d’une image à l’autre. Cette image a trois caractéristiques : c’est une réalité collective, tous les chrétiens sont personnellement temple de Dieu : là où se trouve un fidèle, existe un temple de Dieu. Et pourtant plusieurs fidèles ne forment pas plusieurs temples car unique est celui qui les habite et les sanctifie.

_b v.18 : Paul revient régulièrement sur le sujet de la folie de la sagesse du monde. Ne vous prenez pas pour des sages ; l’Évangile est folie aux yeux des hommes. S’ils veulent devenir des sages devant Dieu, il faut devenir fou, pour l’être. La sagesse de ce monde est incapable de « comprendre le plan de salut de Dieu sur l’humanité tel qu’il s’est manifesté dans le message de la croix ».
L’Évangile, le chemin de Jésus-Christ est folie aux yeux du monde car il conduit à la croix et à la résurrection. C’est donc folie que d’espérer vouloir être saint comme Dieu, adopter le sermon sur la montagne, tout en voulant vivre selon la sagesse du monde.
Cette réflexion s’appuie sur deux textes d’Écriture. L’un de Job 5,13 : « Dieu prend les sages dans les filets de leur propre ruse »… La seconde tirée du Ps 94,11… Paul veut récapituler tout ce qu’il a dit précédemment à la lumière de l’A.T sur l’échec de la sagesse humaine livrée à ses propres ressources » Trimaille Ass. du Seigneur 38.p39 + VTB art Sagesse

v.20 : Il ne faut pas se baser sur le raisonnements des sages qui se calquent souvent sur ceux du monde dont ils ont adoptés les pratiques en ignorant le Christ.

v.21 : Paul revient au motif de son intervention : les divisions qui sévissent au sein même de la communauté, chacun se revendique d’un apôtre : « ils avaient ramenés les apôtres au rang de maître de philosophie, et ils pensaient que la gloire de ces maîtres rejaillirait sur eux. » Trimaille
Il ne faut pas s’attacher à des prédicateurs, aussi savants soient-ils, qui déforment l’évangile et le transforment en philosophie qui divisent la communauté.
Les Corinthiens n’ont pas besoin de tout cela : ils ont des trésors bien plus grands : « tout vous appartient » : le tout c’est le Christ qui est à vous et vous vous êtes tout entiers au Christ et le Christ est à Dieu.

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>