Accueil > Prier avec nous > Commentaires 1ére lecture > 6e Dimanche A. - 1 Corinthiens 2, 6-10

 

6e Dimanche A. - 1 Corinthiens 2, 6-10

1 Corinthiens 2:6-10

6 Pourtant, c’est bien une sagesse que nous enseignons aux chrétiens adultes, sagesse qui n’est pas de ce monde ni des princes de ce monde, voués à la destruction.
7 Nous enseignons la sagesse de Dieu, mystérieuse et demeurée cachée, que Dieu, avant les siècles, avait d’avance destinée à notre gloire.
8 Aucun des princes de ce monde ne l’a connue, car s’ils l’avaient connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire.
9 Mais, comme il est écrit, c’est ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, et ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment.
10 En effet, c’est à nous que Dieu l’a révélé par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.

A propos de ce texte.

Dimanche dernier Paul avait déjà abordé le rapport entre sagesse humaine et sagesse divine. Face à la sagesse des hommes, la sagesse selon l’Esprit non seulement la dépasse mais est d’un tout autre registre : nous sommes dans le domaine de la connaissance de Dieu qui dépasse ce que l’homme peut atteindre par ses efforts et sa raison. C’est ce qu’au verset 16, plus loin Paul dira : « ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ».

La sagesse du temps des hommes et celle de l’Evangile s’opposent radicalement. La communauté de Corinthe en donne le témoignage : elle n’est pas constituée de gens riches ou de sages mais au contraire de gens simples et pauvres. Donc si Dieu touche la communauté et ses membres, ce n’est pas par la puissance du langage ou des prédications mais bien grâce à l’Esprit à l’œuvre. On peut dire que c’est une sagesse d’autant plus subtile qu’elle est cachée aux sages de ce monde et ne se révèle qu’à ceux que Dieu a choisis et qui s’ouvrent à cette vérité : vérité que ne peuvent découvrir les puissants et les sages selon le monde.

Il s’agit de « la Sagesse du mystère de Dieu ».
Deux mots qui semblent s’opposer. Que veut dire Paul ? En fait, on trouve dans l’Evangile une sagesse qui ne peut être découverte que grâce à la foi.
Paul aborde la Sagesse en deux temps pour bien faire comprendre son sens profond : il décrit d’abord l’aspect négatif et ensuite l’aspect positif.
Ce que la Sagesse n’est pas : la Sagesse de Dieu est à l’opposé de celle du monde. Les sages de ce monde ne peuvent comprendre la sagesse de Dieu, elle leur est totalement étrangère, elle détruit ceux qui dominent le monde en les induisant dans des voies qui ne donnent pas la vie mais tout au contraire tuent.
Au contraire la « Sagesse du mystère de Dieu » est d’un tout autre ordre. Le fait de dire « mystère de Dieu » nous situe déjà dans une situation que les hommes ne peuvent atteindre par leurs seules forces ou leur intelligence. La sagesse de Dieu ne peut qu’être reçue gratuitement : c’est elle qui nous met en relation, en contact avec Dieu et son mystère sacré.
« Sagesse tenue cachée qui n’a été révélée définitivement qu’avec le Christ et avec lui la révélation du dessein de Dieu qui est « plutôt un projet, un « dessein » conçu par Dieu en notre faveur, mais dont le moment et les formes de réalisation dépendent exclusivement de lui, quelque chose d’imprévisible, totalement en dehors des possibilités humaines » Cipriani dans Ass du Sgr 37/12.

Le Christ ressuscité restera une énigme pour tous les siens et les croyants de tous les temps : on ne le comprendra qu’en adhérant, en croyant en lui. Dès lors on peut comprendre qu’il soit une énigme impénétrable, incompréhensible pour le non croyant.

« Nous prêchons la Sagesse de Dieu dans un mystère » : le mystère dans le Nouveau-Testament est un secret révélé à la Foi. Secret caché et que les hommes peuvent découvrir par le chemin que la foi leur ouvre et leur offre.

La Sagesse c’est le mystère de Dieu resté caché depuis les siècles qui ne fut révélé qu’avec la venue du Christ et qui n’allait trouver son accomplissement que dans la mort et la résurrection du Christ.

Une sagesse inconnue de ceux qui dominent le monde, les « princes de ce monde ».
« En raison de son aspect salvifique la « Sagesse de Dieu » qui libère du mal et de
l ‘esclavage de Satan, est opposée à celle du monde et des « princes de ce monde » v 6.
La sagesse c’est celle de l’amour fou de Dieu pour les hommes et qui nous est arrivé par Jésus-Christ et qui s’est trouvé confronté à la sagesse des hommes.

v.8 : les « princes de ce monde » de qui s’agit-il ? Plusieurs explications ont été données. Sans doute s’agit-il de ceux qui manquaient totalement de compréhension dans la manière dont ils avaient traité le Christ : s’ils avaient connu le projet de Dieu, le dessein de Salut, ils n’auraient certes pas crucifié le Christ. Ces princes jouissaient des pouvoirs et des honneurs de ce monde et jaloux de l’autorité qu’ils détenaient ils sont restés attachés et focalisés sur eux-mêmes sans même aller au-delà. Quand on détient un pouvoir tout est organisé en fonction de celui-ci et lui est entièrement soumis.
Nous n’avons sans doute pas à condamner ayant eu accès au mystère de la croix-résurrection, mais rendre grâce que ce mystère nous ait été révélé à nous aussi.

« Le Seigneur de gloire » : Dieu dans son amour a pensé de toute éternité à notre glorification, aussi le Christ est décrit comme le Seigneur de gloire.

v.10 : « à nous Dieu l’a révélé »Ce plan divin est révélé aux chrétiens par l’Esprit qui seul peut éclairer nos yeux « quand il s’agit d’atteindre les profondeurs du projet de Dieu ». Les profondeurs de Dieu sont insondables aux esprits humains et seul l’Esprit peut introduire et donner accès.

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>