Accueil > Prier avec nous > Homelies > 4e Dimanche C

 

4e Dimanche C

4ème Dimanche du T.O. -C-

La Parole de Dieu, telle que nous la lisons, n’est pas la mise sur papier des réflexions hors sol élaborées par tel ou tel écrivain. Dans l’histoire du Peuple de Dieu, il se pas-sait des choses. Dans ces choses qui se passent, la Parole de Dieu trouve sa raison de se manifester. Où en sommes-nous, dans l’histoire du peuple de Dieu ?

En 722 av. J.C. le Royaume d’Israël (capitale Samarie) a été annexé par l’Assyrie (Irak du nord-capitale Ninive) qui domine le Moyen Orient. Grisés par le succès, les Assyriens se laissent aller. La Chaldée (Irak du sud- capitale Babylone) voisine de l’Assyrie, affiche des ambitions de conquêtes.
A la périphérie de ce monde des puissances, le royaume de Juda (capitale Jérusalem) est un tout petit état. Son problème est devenu le suivant : pour survivre, il faut neutraliser la Chaldée. Avec qui faire alliance ? Avec les Egyptiens ou avec les Assyriens ?
Tandis qu’au Temple, on fait de la Liturgie selon les règles, à la cour du roi, on débat. Chacun analyse la situation à la lumière de son projet politique et des intérêts politiciens qu’il peut en tirer. En bref, on cherche des protections humaines avantageuses. Pendant ce temps, dans le quotidien, le riche continue d’exploiter le pauvre.
Pour sauver son peuple, Dieu décide d’intervenir.
*
Aujourd’hui, dans toute entreprise importante, il y a un service chargé du recrutement du personnel. Quand il faut embaucher un salarié, les candidats sont convoqués à un entretien. Celui qui correspond le mieux au profil du poste à pourvoir est retenu.
Quand Dieu cherche un serviteur pour restaurer son Alliance avec l’humanité, il ne trouve personne qui soit ajusté au travail qu’il attend de lui. Tout homme, quel que soit son caractère, ses compétences, ses diplômes, ses relations, est toujours en des-sous du niveau requis pour être à la hauteur du travail que Dieu demande.
Finalement, il est libre de prendre qui il veut. La seule chose qu’il exige, c’est que le serviteur reste dans son rôle de serviteur.

Ce jour-là, c’est Jérémie qui est choisi pour dénoncer les dérives du pouvoir et du peuple. Jérémie n’est pas heureux de ce choix. Il réagit : « Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : je ne sais pas parler, je ne suis qu’un enfant. (Jér. 1,6). C’est un refus motivé. Il bafouille et surtout, en ce temps-là, il fallait avoir 30 ans pour s’exprimer en public. Tout cela, Dieu le savait mais il maintient son choix. Texte d’aujourd’hui.

Dieu sait à qui il s’adresse :’ « Dans le sein de ta mère, je te connaissais. » Sa mission sera de dire ce que Dieu lui indiquera. Une consigne « Ne tremble pas devant eux ». Et une assurance : « Je suis avec toi. » Dieu rassure Jérémie.
Pendant 45 ans il parlera. Il connaîtra bien des aventures mais il dira ce que le peuple et ses dirigeants devaient entendre. Il arrive donc qu’une voix humainement non auto-risée dise son avis sur les événements à la lumière de sa foi au Dieu unique.
*
Au fil du temps, les techniques évoluent et le cœur de l’homme reste le même. Après avoir rencontré Jérémie à Jérusalem, nous voici quelques siècles plus tard, à Nazareth.
Pour des raisons que les villageois n’ont pas bien comprises, Jésus a fermé son atelier. Après un séjour au désert, il revient en Galilée et prend la parole, ici et là dans les synagogues. Passé l’âge de 30 ans, c’est légal, mais il fait en plus des choses étonnantes. Il guérit des malades !

Revenu à Nazareth, il retrouve sa famille, ses voisins, ses clients, ses relations. Il va à la synagogue et, ce jour-là, il prend la parole pour commenter un texte d’Isaïe.
A l’écouter les gens sont éberlués. Où a-t-il appris tout ça ?

Jésus est revenu précédé de tout ce qu’on raconte sur lui. Il cause, c’est bien ! Mais, à Nazareth aussi, il y a des malades ! Qu’il s’en occupe. ! Priorité au clan !

Jésus est vraiment comme on dit le fils du village. C’est là qu’il a été élevé. Il est imprégné par sa culture, ses coutumes et ses codes : chacun dans le village a sa place. Qu’il y reste ! Sinon on tire sur tout ce qui dépasse ! Jésus est le fils de Joseph. Que cela lui suffise ! A Nazareth, il n’est pas permis de sortir du moule.

Jésus ne veut pas en être prisonnier des codes. Il élargit le regard de l’assemblée. Autrefois, comme partout, il y avait des pauvres victimes de la famine et des lépreux en Israël et ce sont des non-juif qui ont été remis d’aplomb par un prophète. La miséricorde de Dieu n’exclut personne.
L’assemblée est heurtée : dans le monde, il y a les Juifs et les non-Juifs. Dieu a choisi les Juifs pour en faire son peuple, un peuple qu’il doit défendre contre les autres peuples.

Les exemples que Jésus a cités mettent la synagogue en ébullition. Devenus furieux, ils le sortent pour le basculer dans le vide. « Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. »

Remarques
1) : La parole de Dieu se démarque toujours de ce que tout homme peut penser. Elle ne peut que déranger et provoquer des réactions. Malgré tous les obstacles qu’elle rencontre au fil des siècles, elle poursuit son chemin.
2) : Aujourd’hui encore, Jésus fait se lever des prophètes. Qu’il nous accorde de les reconnaître, de les prendre au sérieux.
Et qu’il nous donne, dans le petit monde qui est le nôtre, de dire ce qui doit être dit !

D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>