Accueil > Prier avec nous > Homelies > 3e Dimanche de Pâques

 

3e Dimanche de Pâques

Jésus ressuscité est toujours présent et actif dans notre monde par son Esprit.
Il n’a jamais eu et n’aura jamais de successeur.
Il a fondé son Eglise, c’est à dire une communauté chargée de témoigner de sa mort et de sa résurrection, au fil les siècles. Comme tout groupe humain, cette communauté aura besoin des uns et des autres pour assumer des responsabilités à divers niveaux.

Ce jour-là, Jésus rejoint sept apôtres au lac de Tibériade pour désigner celui qui sera « le berger de ses brebis ». Il a le choix. On sait le nom de cinq d’entre eux.
* Pierre a le sens du commandement mais il a de bonnes raisons d’être discret.
* Si Jésus cherche un homme réaliste, qui ne se laisse pas raconter n’importe quoi, avant de prendre une décision, il peut choisir Thomas.
* S’il attache de l’importance aux relations humaines Nathanaël est bien placé. Des Grecs qui voulaient voir Jésus l’avaient sollicité pour obtenir un rendez-vous.
* S’il cherche un homme ambitieux, Jacques, qui vise une bonne place, fera l’affaire mais s’il cherche un fidèle, Jean s’impose. Il était au pied de la croix !

* Parmi ceux qui ne sont pas nommés, il y a André, le frère de Pierre. Disciple de Jean Baptiste il fut le premier à suivre Jésus.
* Il y a un financier, Matthieu. Percepteur d’impôts, il connaît le métier.
* S’il a besoin d’un homme réaliste, il peut se fier à Philippe. Devant 5.000 hommes à nourrir, il a su tout de suite ce qu’il fallait ne pas faire.
* S’il a besoin d’un battant engagé dans les luttes de son temps, Simon le zélote est tout indiqué. De son côté Jude appelé aussi Thaddée (l’homme à la forte poitrine) a de la prestance. Devant une foule cela peut être utile.
Il y a enfin Jacques, fils d’Alphée… dont on ne sait rien.
Jésus a choisi Pierre. Avant d’avoir avec lui un entretien d’embauche, il le prend en flagrant délit d’échec professionnel.
*
Il faut bien vivre. Donc ce jour-là, Pierre a pris l’initiative d’aller à la pêche. Pour lui, ce n’est pas une distraction, c’est son métier. Quelques compagnons embarquent avec lui. Le résultat est désastreux. Pas un poisson dans les filets ! La journée commence dans la mauvaise humeur, d’autant plus qu’un client a l’air d’attendre sur le rivage et Pierre n’aura rien à lui proposer.

Ce client qui a l’air pressé ne semble pas pour autant particulièrement exigeant. Peu importe le poisson ! A portée de voix, il interpelle l’équipage : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » La réponse est sèche. C’est non ! Eh bien, qu’ils jettent le filet à droite de la barque. Ils le firent et ce fut la ruée des poissons.

Cet homme sur le rivage, c’est Jésus. Humainement parlant, Pierre, n’a pas de compétences particulières à faire valoir. Dans le projet de Jésus, la compétence humaine n’est pas inutile. Mais ce n’est pas le savoir-faire humain qui assurera le rayonnement de l’Eglise. C’est Jésus qui donne l’efficacité, la fécondité au travail de l’homme.
*
Et voici l’entretien d’embauche.
Pierre devra donc assurer l’unité, la cohésion, entre les apôtres pour annoncer à toutes les nations la mort et la résurrection de Jésus. Dans cette perspective, quelles questions est-il convenable de poser à Pierre ?
Sa culture générale ? Son aisance devant un public ? Sa motivation ? Sa santé ? Aujourd’hui, on dit que ceux qui mènent un entretien d’embauche posent les questions qui déstabilisent le candidat. Jésus a le savoir-faire !

Jésus aime Pierre. Pourquoi en douter ?! Il l’appelle par son nom et lui pose une seule question : « Pierre, m’aimes-tu ? » Une question qui cache un doute et qu’il répète trois fois ! Comment y répondre ?
Jésus veut être aimé pour ce qu’il est et donc, il faut que Pierre soit attentif à sa parole et en tienne compte. Jésus veut agir dans son Eglise par le canal de la personnalité de Pierre et de ses successeurs.

L’Eglise ne serait-elle pas le lieu où on accepte d’être aimé et où on apprend à aimer. Aimer, ce n’est pas profiter des agréments que l’autre peut me procurer. Aimer, c’est aider quiconque se trouve sur mon chemin à se construire ou à se reconstruire, en étant le témoin de l’amour de Jésus. Pierre pourra aider ceux qui se mettent à la suite du Christ dans la mesure où lui-même se laissera construire.
*
Chaque baptisé a une responsabilité dans l’Eglise. Accepterions-nous aujourd’hui d’entendre la question de Jésus : « M’aimes-tu ? » Quelle réponse serions-nous capables de bafouiller ? Quelle attention portons-nous à sa Parole ?

S’entendre dire notre réponse est important. Quand nous venons communier, l’Eglise ne nous demande pas de dire : « Oui, Seigneur, tu sais bien que je t’aime." »
Quand le prêtre présente l’hostie, elle nous demande de dire « Amen » ! Voilà un mot qui dit la densité de notre relation avec Jésus. Aujourd’hui, pourrions-nous essayer de dire ce mot avec clarté et vérité ?
D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>