Accueil > Prier avec nous > Commentaires 1ére lecture > 34e Dimanche B - Le Christ roi de l’univers.

 

34e Dimanche B - Le Christ roi de l’univers.

Apocalypse 1/5 – 8

5 Que la grâce et la paix vous soient données et de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né d’entre les morts et le prince des rois de la terre.
A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang,
6 qui a fait pour nous un royaume, des prêtres pour Dieu son Père, à lui gloire et pouvoir pour les siècles des siècles. Amen.
7 Voici, il vient au milieu des nuées, et tout œil le verra, et ceux mêmes qui l’ont percé : toutes les tribus de la terre seront en deuil à cause de lui. Oui ! Amen !
8 Je suis l’alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant.

A propos de cette lecture :

L’apocalypse est le livre de la révélation de Dieu et du projet de Dieu. Chouraqui, l’appelle le livre du « découvrement ». Le verbe grec « apocaliptein » se traduit le plus souvent par découvrir, révéler, manifester. Il s’agit ici du ‘découvrement’ de Dieu et de son Messie Jésus-Christ.
Cette révélation livre un message, celui de l’amour de Dieu, réalité bien vivante, comme l’auteur nous le dira dans ce texte qui est à la fois révélation et message. Celui par lequel Dieu va se révéler c’est le visionnaire, le prophète messager de Dieu. Le premier confident révélateur de ce dévoilement de Dieu, c’est le Christ venu attester cette Parole de Dieu par son témoignage, nous dire ce qu’il a vu. C’est lui le tout premier à nous dévoiler le vrai visage de Dieu, son visage d’amour infini pour tout homme. « Cette révélation concerne Dieu […] en tant que révélation d’amour trinitaire qui explose pour faire jaillir à travers le Verbe incarné des êtres à son image et ressemblance, capables de recevoir l’amour et de l’échanger : vivre dans l’échange trinitaire. »
Les anges sont l’intermédiaire des révélations divines pour qu’elles soient accessibles à l’homme. Ils sont regardés comme les exécuteurs de l’action de Dieu.

Dans l’Apocalypse, « Jean se coule dans l’héritage apocalyptique de Daniel, introduisant son livre comme une révélation venue de Dieu. » Signes 96.
Comme Daniel, il s’efforce de redonner courage et confiance aux croyants en leur souhaitant : « Que la grâce et la paix vous soient données » v. 5a. Voilà le grand souhait de Jean pour les Eglise d’Asie Mineure… c’est aussi mon souhait pour chacun de vous en cette fête du Christ Roi de l’univers.
Par son messager, Dieu désire indiquer à l’Eglise de tous les temps le sens et la portée des événements de l’histoire où se révèlent l’urgence et l’imminence du Royaume. Rien n’est banal ni dans nos vies, ni dans le monde… Alors pourquoi sommes-nous si pessimistes ? Ignorance de l’Apocalypse !!!
Nous aurions bien besoin aussi d’une Parole de Dieu au cœur des événements des jours derniers. Quelle bonne nouvelle peut-il nous annoncer ? Dieu est le maître du présent et de l’avenir, comme il l’est du passé. Il désire indiquer à l’Eglise de tous les temps le sens et la portée des événements de l’histoire où se révèlent l’urgence et l’imminence du Royaume.

Trois parties dans la péricope de ce dimanche : un souhait, une louange et une révélation du Christ (autorévélation dit Radermackers).

V 5a. La grâce et la paix, c’est tout simplement de voir se réaliser le projet de Dieu en chacun de nous - le dessein bienveillant dit Ephésiens-. Le dessein de Dieu pour l’humanité est accompli en Jésus Christ : « que la grâce et la paix vous soient données de la part de Jésus-Christ ».
Dans ce souhait, v.5 : trois titres caractérisent Jésus Christ : « témoin fidèle, premier-né d’entre les morts », « prince des rois de la terre ». Jésus-Christ c’est lui qui révèle le but et la fin ultime de tout être. C’est en nous référant à Lui que toute vie trouve et prend sens.
Chacun de ces mots a une densité forte :
*Jésus : « c’est Dieu qui sauve » ; Christ : le Messie rempli de l’Esprit de Dieu tel qu’il est apparu aux hommes de son temps et à tous les croyants.

*Témoin fidèle : En écho dans la déclaration de Jésus à Pilate : « je suis né et venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. » Nous savons de quelle vérité (justice au sens hébraïque) il vient témoigner de l’amour sans limite de son Père. Le témoin (martyr en grec) fidèle de l’amour de Dieu pour les hommes et de l’amour possible de l’homme pour Dieu jusqu’au don de sa vie. Témoignage suprême donné à la croix : « lui qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême. »

*« Le premier né d’entre les morts » par sa résurrection. Nous trouvons ici résumée toute la foi des premiers chrétiens : cet homme mortel comme les autres, Dieu l’a ressuscité et désormais il entraîne avec lui tous ses frères, lui qui est le premier né d’une longue lignée. C’est lui qui a détruit la mort et fait briller la vie. C’est ça la Bonne Nouvelle : la destruction de la mort entrée dans le monde à cause du péché et la résurrection du Christ en est le signe et l’accomplissement définitif.

*« le souverain des rois de la terre » : nouvelle affirmation de l’identité du Christ : il est roi de la terre. A l’annonciation, l’ange Gabriel l’a présenté à Marie comme possédant le trône de David pour un règne qui n’aura pas de fin.
Ce pouvoir est donné aux apôtres et à leurs successeurs pour mener les temps à leur accomplissement, à leur plénitude cad amener l’univers entier sous un seul chef.

V 5b. L’auteur cerne ensuite la relation qui nous lie à Jésus Christ. Il souligne le côté positif de que nous appelons sa « puissance » : il « nous aime, il nous a rachetés par son sang. » Amour suprême manifesté à la croix et qui nous purifie de tout péché.
Un amour qui est toute la vie du Christ en ce qu’elle dit Dieu : « Philippe qui m’a vu a vu le Père ». Un amour tourné vers la création toute entière, œuvre d’amour de l’Amour.
Dans ce v.5, nous percevons la théologie de l’auteur : Christ est le témoin de Dieu, il est vainqueur de la mort et régnera sur la nouvelle création. Dorénavant, Il régnera avec la puissance de l’amour et libérera le monde du pouvoir de la mort.

V 6. Un amour qui constitue les croyants en un royaume : « il fait de nous un royaume, des prêtres pour son Dieu et Père ».

*Un Royaume qui n’est pas de ce monde mais dans le monde. Le Christ refait notre unité en un royaume présent en nous et que nous constituons avec Lui. Etre de ce royaume fait de nous des rois, (nous ne sommes plus esclaves), participants à la royauté du Christ, nous qui avons découvert le sens de la vie et de l’histoire et devons guider celle-ci et non plus la subir.
Christ étant lumière du monde, nous devenons par le fait même lumière pour le monde, lumière qu’il ne faut pas mettre sous le boisseau.

*Des prêtres. Le prêtre c’est celui qui fait le pont entre Dieu et l’humanité. Il est touché par le Christ et porte en son cœur sa pitié, sa miséricorde pour la misère du monde. Si l’homme peut faire le lien avec les hommes et Dieu, il ne le peut de lui-même : c’est une mission que Dieu lui confie. C’est le Christ qui fera le pont. C’est toute la révélation de Jésus-Christ. Faire le pont c’est le rôle du sacerdoce, baptismal ou ministériel.
C’est cet amour du Christ répandu dans nos cœurs qui fait de nous, des fidèles, des rois et des prêtres.

*Pour son Dieu et Père : la gloire du Père est la manifestation de son amour.
Pour être parfait comme le Père il nous faut devenir rois et prêtres à l’image du Christ.
Toute la révélation de l’Apocalypse concerne Jésus-Christ, parfaite icône de l’amour du Père pour la création, comme parfait retour d’amour de toute la création vers le Père.
Cette gloire, le Christ demande à son Père de la manifester : « glorifie- moi auprès de cette gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût. Jn. 17

V 7. « Le Voici qui vient », il est là, tout proche, escorté des nuées cad enveloppé de l’amour de Dieu et de l’Esprit Saint.- « et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre » car tous découvriront jusqu’où a été l’amour du Christ.
Jean a été témoin de coup de lance qui a transpercé le cœur du Christ : il en a été touché personnellement et ne peut l’oublier.

V 8. Après avoir montré la Trinité à l’œuvre pour tout réunir sous un seul chef, le Christ, Jean nous redit que tout est enveloppé par Dieu, « l’alpha et l’oméga », le commencement et la fin, point de départ et terme, au-delà du temps.
Le Christ lui-même prend la parole, lui en qui la révélation, la libération et la nouvelle création sont dans les mains. Une nouvelle venue du Christ est attendue : pourquoi ? Le mal vaincu par la mort et la résurrection de Jésus n’est pas encore exterminé. Les images employées par Jean pour décrire ce retour, sont empruntées à la tradition prophétique : un « transpercé », Za 12,10, qui vient sur les nuées du ciel, Da.7,13. Jean cite Zacharie et Daniel pour convaincre le lecteur juif que Jésus est celui vers qui le peuple a dirigé son regard pendant des siècles. Jésus est bien le Messie.

Dans l’Apocalypse, Dieu lui-même se révèle : « Je suis l’alpha et l’omega, celui qui était, qui est et qui vient ». « Sa vie et l’amour qu’il a déployé tout au long de celle-ci sont le révélateur de la présence ultime et définitive de Dieu parmi nous. Le Christ ressuscité a triomphé de toutes les puissances obscures qui s’opposaient à ce que l’homme devienne pleinement lui-même. Même si le mal est toujours à l’œuvre sur la terre, le chrétien sait qu’il est vaincu. C’est le fondement même de son espérance. (Feu Nouveau 52/6 pe 89)

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>