Accueil > Prier avec nous > Commentaires 1ére lecture > 32e Dimanche B - Hébreux 9, 24-28.

 

32e Dimanche B - Hébreux 9, 24-28.

32 e dimanche

2e lecture : Hébreux 9, 24-28

Jésus qui a tout donné est source de vie.

24.Ce n’est pas, en effet, dans un sanctuaire fait de main d’homme, simple copie du véritable, que Christ est entré, mais dans le ciel même, afin de paraître maintenant pour nous devant la face de Dieu.
25. Et ce n’est pas afin de s’offrir lui-même à plusieurs reprises, comme le grand prêtre qui entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger.
26.Car alors il aurait dû souffrir à plusieurs reprises depuis la fondation du monde. En fait, c’est une seule fois, à la fin des temps, qu’il a été manifesté pour abolir le péché par son propre sacrifice.
27.Et comme le sort des hommes est de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,
28.ainsi le Christ fut offert une seule fois pour enlever les péchés de la multitude et il apparaîtra une
seconde fois, sans plus de rapport avec le péché, à ceux qui l’attendent pour le salut.

A propos de cette lecture. 

 
Accès au ciel ; vraie relation à Dieu.

A partir de ce chapitre 9, la lettre aux Hébreux s’inspire de la grande fête des Expiations, du grand sacrifice annuel de renouvellement de l’Alliance, pour dire la signification de la vie et de la mort de Jésus. Toute la lettre s’adresse à des chrétiens qui semblent avoir perdu leur tonus et se mettent à regretter les fastes de la liturgie juive d’avant leur conversion à la foi.
Cette nostalgie liturgique et la nécessité pour l’auteur d’y répondre, est certainement à l’origine de ce rapprochement entre sacrifice des Expiations et vie de Jésus.
Dans la Nouvelle Alliance, il n’y a plus de sacrifices sanglants, plus de temple. Est-ce bien cela que Dieu veut ? L’auteur reprend une à une toutes ces réalités et les pratiques juives et démontre que tout cela est maintenant périmé. Dans cette péricope, il s’agit surtout du temple de Jérusalem appelé le sanctuaire. Il faut distinguer le vrai sanctuaire dans lequel Dieu réside et celui que les hommes ont construit et qui n’est qu’une pâle copie du premier. Et Dieu sait si les juifs étaient fiers de leur temple construit de mains d’hommes, même s’ils savaient qu’on n’enfermait pas Dieu dans des murs aussi imposants soient-ils.Salomon disait déjà « est-ce que vraiment Dieu pourrait habiter sur la terre ? Les cieux eux-mêmes et les cieux des cieux ne peuvent te contenir ! Combien moins cette maison que j’ai bâtie » 1 R 8,27
On a toujours su que la Présence de Dieu n’était pas limitée à ce lieu saint, mais on recevait ce lieu – déjà la tente au désert- comme un cadeau de Dieu ; Dieu dans sa miséricorde avait accepté de donner à son peuple un signe visible de sa Présence.
Et lorsque David voulut construire un temple au Seigneur, Dieu lui fit savoir, en envoyant le prophète, qu’il n’avait pas besoin de sa construction, car, c’est au milieu de son peuple que Dieu va se faire une demeure. 2 Sm. 7, 5 " Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle Yahvé. Est-ce toi qui me construiras une maison pour que j’y habite ? 6 Je n’ai jamais habité de maison depuis le jour où j’ai fait monter d’Égypte les Israélites jusqu’aujourd’hui, mais j’étais en camp volant sous une tente et un abri. 7 Pendant tout le temps où j’ai voyagé avec tous les Israélites, ai-je dit à un seul des juges d’Israël, que j’avais institués comme pasteurs de mon peuple Israël : "Pourquoi ne me bâtissez-vous pas une maison de cèdre ?" 8 _ Voici maintenant ce que tu diras à mon serviteur David : Ainsi parle Yahvé Sabaot. C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière les brebis, pour être chef de mon peuple Israël. 9 J’ai été avec toi partout où tu allais ; j’ai supprimé devant toi tous tes ennemis. Je te donnerai un grand nom comme le nom des plus grands de la terre. 10 Je fixerai un lieu à mon peuple Israël, je l’y planterai, il demeurera en cette place, il ne sera plus ballotté et les méchants ne continueront pas à l’opprimer comme auparavant, 11 depuis le temps où j’instituais des juges sur mon peuple Israël ; je te débarrasserai de tous tes ennemis. Yahvé t’annonce qu’il te fera une maison. 12 -_ Et quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, je maintiendrai après toi le lignage issu de tes entrailles et j’affermirai sa royauté. 13 C’est lui qui construira une maison pour mon Nom et j’affermirai pour toujours son trône royal. 14 Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils : s’il commet le mal, je le châtierai avec une verge d’homme et par les coups que donnent les humains. 15 Mais ma faveur ne lui sera pas retirée comme je l’ai retirée à Saül, que j’ai écarté de devant toi. 16 Ta maison et ta royauté subsisteront à jamais devant moi, ton trône sera affermi à jamais.".Réalisant la promesse, Dieu donnera un autre signe de sa présence : le vrai temple , le lieu de la rencontre avec Dieu deviendra tout autre avec l’Incarnation de Jésus. Le lieu de la rencontre entre Dieu et l’homme c’est le Dieu fait homme. Jean nous le dit (2, 19-22)  : après que Jésus eut chassé
les vendeurs du temple, les juifs lui demandent de quel droit a-il fait un tel geste ? "Quel signe nous montres-tu pour agir de la sorte ?" Jésus leur répondit : " Détruisez ce sanctuaire et en trois jours je le relèverai. Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il ressuscita d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela, et ils crurent à l’Écriture et à la parole qu’il avait
dite."
L’auteur de la lettre aux Hébreux dit la même chose : restons greffés sur le Christ, nourissons-nous de son corps ainsi nous sommes en présence de Dieu. Lui il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire véritable et il se « tient devant la face de Dieu » « le Christ n’est pas entré dans un sanctuaire construit par les hommes, qui ne peut être qu’une copie du sanctuaire véritable ; il est entré dans le ciel même afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu »

Mais il va plus loin et va faire saisir le sens de la croix aux nostalgiques des sacrifices du temple.
Jésus est entré par sa mort, par le sacrifice de toute sa vie offerte aux dernières heures de sa Passion.
Si ce passage ne parle que de Passion du Christ et de son sacrifice, c’est pour l’opposer à celui qu’offrait le grand –prêtre au jour du Yom Kippour. L’auteur fait ici un parallèle entre le Yom Kippour et le sacrifice de Jésus. Au terme d’une année entière de péchés, d’infidélités à l’ Alliance avec Dieu, Israël pouvait-il encore se dire peuple de Dieu ? Comme Israël ne pouvait survivre qu’en étant peuple de Dieu, sa vie était en jeu : il fallait donc revenir vers Dieu et renouveler l’Alliance avec lui. Ce renouvellement de l’Alliance se faisait chaque année. C’était une démarche de purification mais aussi de conversion. Dieu attendait son peuple au cœur de cette démarche car il
s’agissait de la vie même de son peuple. Le sang était traditionnellement le symbole de la vie. On prenait le sang d’un animal, le sang recueilli, la vie du peuple se reconnaissait symboliquement représentée. Le grand prêtre, au nom du peuple, entrait au-delà du voile, dans le Saint des Saints.
Celui-ci comporte : un vide et c’est par ce vide que Dieu symbolise sa présence, l’arche d’Alliance et les tables de la Loi qui ne représentent pas Dieu. Dieu donne sa présence dans le Vide au dessus de l’arche et par le Sang. La rencontre se fait par l’aspersion de sang qui retombe sur le cercle d’or de l’arche qui appelé propitiatoire. Le sang tombant sur le propitiatoire devient le preuve rituelle que l’Alliance est renouvelée, que les péchés sont expiés. Le peuple dehors attendait.
Maintenant il fallait encore que le sang chargé de ces significations salvifiques retourne à son porteur symbolique : le peuple. Le sang restant étant réservé à l’aspersion sur le peuple, le grand prêtre aspergeait le peuple en disant « voici le sang de l’alliance ». Le peuple savait alors que sa vie était renouvelée, redevenue parfaite. Toute l’efficacité du rite vient de Dieu qui a institué de rite comme moyen de retour à Dieu. Le sacrifice est donc un acte symbolique par lequel le peuple peut
accéder à Dieu pour trouver dans la communion avec lui sa propre plénitude.


Le sacrifice de Jésus dans Hébreux.

On pourrait dire que le sacrifice commence par l’obtention du sang comme symbole et la constitution du peuple comme acteur sacrificiel.
La démarche sacrificielle de Jésus commence par « voici je viens » : première étape du sacrifice : la vie de Jésus.
Le sang c’est la vie de Jésus plongée dans le non-sens de la condition humaine,
la mise à mort de Jésus en est l’aboutissement.
Grâce au Christ, l’Alliance conclue avec le Père est définitive : sur le visage du Christ en croix nous découvrons le visage d’amour de Dieu qui aime jusqu’au bout.
« Tout fils qu’il était , il apprit par ses souffrances l’obéissance et rendu parfait…il faut proclamé par Dieu grand-prêtre » 5,8-10
Jésus passe par le chemin normal de l’existence et apprend l’obéissance et l’incarne dans les événements de sa vie , pour accomplir la traversée du voile et son accès à Dieu à travers la mort et dans la résurrection. C’est là qu’il devient grand-prêtre.
L’offrande de Jésus est médiation…
Jésus n’est plus un abri devant Dieu mais la révélation du vrai Dieu.
Il franchit, et c’est événement unique, car pour la première fois un homme franchissait l’abîme entre les hommes et Dieu et entrait dans le ciel même.
Il est entré dans le ciel afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu.
Pour nous : venu de l’intimité de Dieu, vivant dans notre intimité jusqu’à partager nos souffrances et notre mort, il est reparti dans l’intimité du Père pour nous permettre d’accéder à Dieu.
Sa mort-résurrection qui signait une vie d’amour filial envers le Père et d’amour fraternel envers les hommes est l’événement central de l’histoire.
Cet événement centre est comme aimanté vers un événement sommet… "le Christ apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché mais pour le salut de ceux qui l’attendent ".

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>