30e Dimanche B

Jérémie 31, 7-9

6 Un jour viendra où les veilleurs crieront
dans la montagne d’Éphraïm :
« Debout, montons à Sion,
vers le Seigneur notre Dieu ! »
7 Car ainsi parle le Seigneur :
Poussez des cris de joie pour Jacob,
acclamez la première des nations !
Faites résonner vos louanges et criez tous :
« Seigneur, sauve ton peuple,
le reste d’Israël ! »
8 Voici que je les fais revenir du pays du nord,
que je les rassemble des confins de la terre ;
parmi eux, tous ensemble, l’aveugle et le boiteux,
la femme enceinte et la jeune accouchée :
c’est une grande assemblée qui revient.
9 Ils avancent dans les pleurs et les supplications,
je les mène, je les conduis vers les cours d’eau
par un droit chemin où ils ne trébucheront pas.
Car je suis un père pour Israël,
Éphraïm est mon fils aîné.

Retour des rescapés d’Israël

Ce cantique est précédé d’une annonce du retour des exilés qui commence par cet oracle :
«  je serai le Dieu de toutes les familles, d’Israël, et elles seront mon peuple. »
Le propre d’une vocation prophétique est double : non seulement il reçoit la mission de dénoncer au peuple ses péchés mais aussi et surtout il est l’envoyé de Dieu pour encourager le peuple en décelant , discernant les signes du salut que Dieu fait apparaître.
Jérémie est ce prophète envoyé pour « arracher, pour abattre, pour perdre et pour démolir » 1,10

Tâche inconfortable qui le contraindra à lutter contre tous et à provoque en lui des remous, des questionnements, des doutes. Malgré ce combat douloureux il désire rester fidèle, attaché à son Dieu : « tu m’as séduit, Seigneur, et j’ai été séduit par toi » 20,7
Mais en même temps il se trouve du côté des hommes dont il se sent solidaire : « doté d’une extraordinaire capacité de souffrir avec tous les affligés, il est lui-même le premier à être déchiré par le malheur dont il menace son peuple. Son attachement à Dieu, à sa parole et à son peuple fait de Jérémie un prophète hors pair »
Mission bien difficile et redoutable pour Jérémie qui est un homme au cœur tendre et affectueux, mais aussi un homme « saisi, pénétré, nourri de la Parole divine ».

Il est la bouche de Dieu, nourri de la Parole divine : « Quand je rencontrais tes paroles, je les dévorais ; elles faisaient ma joie, les délices de mon cœur, parce que ton nom était invoqué sur moi, Seigneur, Dieu de l’univers. » (15,16)

Jérémie a comme mission d’être le veilleur qui crie pour inviter les fidèles à monter à la maison du Seigneur. Le veilleur a pour mission de discerner . Saisi par la Parole et comme subjugué par elle au point qu’il ne peut se soustraire à elle.
Rares sont les humains qui au plus fort des crises, savent discerner la route à suivre.
Jérémie est de ceux-là. En tant que prophète Il ouvre la bouche à Dieu qui tel un chef de chœur, fera retentir sa voix, invitant le peuple à jubiler.

Cet oracle tiré du livre de la consolation ont été prononcés par le prophète au moment de la domination des Assyriens ou alors durant leur séjour en captivité durant lesquels Jérémie annonce la reconstruction d’ Israël et des temps de bonheur pour lui.

En pleine détresse nationale, alors qu’Israël a été emmené en déportation, le prophète annonce l’aboutissement de cette apparente défaite. Il décrit le retour au pays, retour qui commence dans les larmes qui rendent aveugles et font trébucher. Les yeux qui voient découvrent un chemin qui est tracé. Si le peuple ne capitule pas en son cœur, s’il persévère à chercher Dieu sur des chemins inconnus, Dieu changera la captivité en liberté, la solitude en communion, les pleurs en rires.

L’idée dominante de notre texte est manifestement la miséricorde, elle qui « s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent », proche des hommes, en toute circonstance. Personne ne sera exclu de la joie du retour. Même les aveugles, proclame Jérémie, tous les exclus que la Loi par ailleurs considérait comme impropres au culte, seront associés à cette joie de la libération.
L’espérance est possible parce que Dieu aime son peuple, il est son père plein de miséricorde. Dans ce retour le peuple fera l’expérience d’un Dieu essentiellement miséricordieux au delà du péché du peuple.
Jérémie considère l’annonce de la proximité de Dieu comme l’essentiel de sa mission. A une époque où l’Eglise apparaît comme un petit reste fidèle plus que comme une chrétienté imposante, il nous faut être prêts à garder confiance dans sa mission au sein du monde

Un très beau texte à relire « quand l’espérance vacille ». Ces paroles ont fait vivre nos pères dans la foi il peuvent encore nous faire vivre et raviver notre espérance.

P.S En annexe le texte du chapitre 31 de Jérémie.
Annonce du retour des exilés
31
1 En ce temps-là – oracle du Seigneur –,
je serai le Dieu de toutes les familles, d’Israël,
et elles seront mon peuple.
2 Ainsi parle le Seigneur :
Il a trouvé grâce dans le désert,
le peuple qui a échappé au massacre ;
Israël est en route vers Celui qui le fait reposer.
3 Depuis les lointains, le Seigneur m’est apparu :
‘Je t’aime d’un amour éternel,
aussi je te garde ma fidélité.
4 De nouveau je te bâtirai,
et tu seras rebâtie, vierge d’Israël.
De nouveau tu prendras tes tambourins de fête
pour te mêler aux danses joyeuses.
5 De nouveau tu planteras des vignes
dans les montagnes de Samarie,
et ceux qui les planteront
en goûteront le premier fruit.
6 Un jour viendra où les veilleurs crieront
dans la montagne d’Éphraïm :
« Debout, montons à Sion,
vers le Seigneur notre Dieu ! »
7 Car ainsi parle le Seigneur :
Poussez des cris de joie pour Jacob,
acclamez la première des nations !
Faites résonner vos louanges et criez tous :
« Seigneur, sauve ton peuple,
le reste d’Israël ! »
8 Voici que je les fais revenir du pays du nord,
que je les rassemble des confins de la terre ;
parmi eux, tous ensemble, l’aveugle et le boiteux,
la femme enceinte et la jeune accouchée :
c’est une grande assemblée qui revient.
9 Ils avancent dans les pleurs et les supplications,
je les mène, je les conduis vers les cours d’eau
par un droit chemin où ils ne trébucheront pas.
Car je suis un père pour Israël,
Éphraïm est mon fils aîné.
Cantique du rassemblement des dispersés
CANTIQUE AT 36
10 Écoutez, nations, la parole du Seigneur !
Annoncez dans les îles lointaines :
« Celui qui dispersa Israël le rassemble,
il le garde, comme un berger son troupeau.
11 Le Seigneur a libéré Jacob,
l’a racheté des mains d’un plus fort.
12 Ils viennent, criant de joie, sur les hauteurs de Sion :
ils affluent vers les biens du Seigneur,
le froment, le vin nouveau et l’huile fraîche,
les génisses et les brebis du troupeau.
Ils auront l’âme comme un jardin tout irrigué ;
ils verront la fin de leur détresse.
13 La jeune fille se réjouit, elle danse ;
jeunes gens, vieilles gens, tous ensemble !
Je change leur deuil en joie,
les réjouis, les console après la peine.
14 Je nourris mes prêtres de festins ;
mon peuple se rassasie de mes biens »
– oracle du Seigneur.
Pleurs et consolation

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>