Accueil > Prier avec nous > Commentaires 1ére lecture > 2e Dimanche du temps ordinaire -1Cor 12,4-11

 

2e Dimanche du temps ordinaire -1Cor 12,4-11

2ième lecture : I Corinthiens 12/4-11

4 Il y a diversité de dons de la grâce, mais c’est le même Esprit ;
5 diversité de ministères, mais c’est le même Seigneur ;
6 diversité de modes d’action, mais c’est le même Dieu qui, en tous, met tout en œuvre.
7 A chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien de tous.
8 A l’un, par l’Esprit, est donné un message de sagesse, à l’autre, un message de connaissance, selon le même Esprit ;
9 à l’un, dans le même Esprit, c’est la foi ; à un autre, dans l’unique Esprit, ce sont des dons de guérison ;
10 à tel autre, d’opérer des miracles, à tel autre, de prophétiser, à tel autre, de discerner les esprits, à tel autre encore, de parler en langues ; enfin à tel autre, de les interpréter.
11 Mais tout cela, c’est l’unique et même Esprit qui le met en œuvre, accordant à chacun des dons personnels divers, comme il veut.

A propos de cette lecture :

Nous inaugurons aujourd’hui et ce pour six dimanches consécutifs la lecture suivie de 1 Corinthiens.
Paul s’adresse à l’église de Corinthe, ville grecque de 500.000 habitants qui doit sa prospérité à sa situation géographique. Fondée par Paul qui y a vécu quelques dix huit mois, la jeune Eglise de Corinthe gère mal ses richesses spirituelles. Paul s’adresse à ceux qui se prévalent de charismes particuliers et se croient détenteurs particuliers de l’Esprit Saint. Ce qui a pour effet de décourager ceux ont des fonctions moins spectaculaires. Certains se croient supérieurs et d’autres écrasés par ceux-ci. On en réfère à Paul et voici ce qu’il répond. Nous entendrons sa _ réponse sur plusieurs dimanches.
En quoi la situation de Corinthe peut-elle nous intéresser aujourd’hui ?
A quelques jours de la prière pour l’unité visible du Corps du Christ, ce texte de Paul doit nous inciter à raviver en nous le désir et la passion de l’unité dans un même Esprit, à revoir notre conception de l’Eglise restée trop souvent au niveau de la hiérarchie : l’Eglise c’est chacun, c’est nous tous membres vivants du Corps du Christ.
Dans ce Corps, les dons divers dont chacun jouit ne doivent pas opposer les humains entre eux puisque tous sont l’œuvre du même Esprit, dans un même Corps dit l’apôtre.
Ces dons qui peuvent être de faire des miracles sont au service de la communauté et des hommes.
Au v 5 « diversité de ministères mais c’est le même Seigneur » : c’est l’action du Seigneur qui se continue à travers les différents ministères : on ne saurait donc s’en vanter ni se les approprier, ils sont bien une manière de servir à la croissance du Corps tout entier.
Ces dons, ces ministères, sont tout simplement l’œuvre de l’Esprit, le fruit d’un unique Esprit : « chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous. »v 7.
C’est la phrase essentielle. Cette diversité de dons ne peut que collaborer à l’unité.
L’Esprit ne se manifeste pas d’une seule manière. Il est nommé huit fois dans ce passage.
« Bible et Vie chrétienne » résume ce passage par ces mots : l’Esprit polytechnicien.
Tous les charismes rencontrés dans l’Eglise de Corinthe sont excellents : accordés les uns aux autres dans l’harmonie, ils expriment le rayonnement de la communauté et manifestent la présence, l’action et l’amour de Dieu autour d’eux, dans leur ville de Corinthe.
Le mot charisme signifie don de grâce : ce sont ces capacités données par Dieu afin d’exercer tel ou tel ministère, tel service dans l’Eglise et le monde. Chacun reçoit un don de l’Esprit pour une mission bien précise, là où il se trouve.
Paul veut mettre un peu d’ordre pour qu’on ne dise pas et ne fasse pas n’importe quoi au nom du Christ Jésus.
Un charisme ça ne s’invente pas, c’est un don tout à fait gratuit à mettre au service de l’Eglise et du monde. C’est dans cette condition qu’il s’accroît et fait grandir la communauté.
Certains reçoivent des dons d’une telle qualité et en telle abondance que cela peut paraître une injustice. Les dons particuliers ont toujours quelque chose de révoltant. Ils ne peuvent l’être que s’ils sont compris comme un bien privé en vue d’un profit personnel.
La hiérarchie des dons auxquels l’apôtre fait allusion, nous devons nous les faire pardonner en faisant l’usage au profit de tous et de les retourner à la communauté.
Tous les dons que nous recevons sont différents mais tous ont la même origine et manifestent le même Esprit : si j’ai le don de la foi ce n’est pas pour que les autres ne croient pas mais au contraire pour qu’il soit un stimulant et les aider à grandir : c’est un don que Dieu fait à l’individu et à la communauté.
V 11 : en tout cela c’est le même et unique Esprit » : La diversité des dons a sa source dans l’unité : c’est le même Esprit qui est à l’origine, en vue d’édifier le Corps et de le faire grandir. L’Esprit de communion est celui qui fait l’unité de l’Eglise comme il fait l’unité de la Trinité.
Des chrétiens qui assurent que l’Eglise n’est vraiment Eglise que si elle ressemble à l’idée qu’ils s’en font, et que l’Eglise devrait faire ceci ou cela, il en pleut ! Des chrétiens qui brandissent la menace d’apostasie si la foi ne prend pas les mêmes formes que celles de nos ancêtres, il en pleut aussi. Les choses n’ont pas changé, les hommes non plus.
Paul se bat contre les propriétaires de l’Esprit Saint, des gens qui disent l’Eglise c’est eux, tout en excluant bien sûr les autres qui ne sont pas comme eux. Les tentations restent toujours les mêmes. Il faut être vigilant et bien discerner les signes de l’Esprit.
Un des signes de l’Esprit c’est son respect de la diversité dans la communion de l’amour. L’Esprit est à l’œuvre en nos communautés quand, dans le respect de nos dons divers, nous cheminons ensemble vers l’unité par l’accueil de nos différences. L’Esprit ne veut pas de chrétiens parfaitement identiques, qui pensent ou fassent exactement les mêmes choses. C’est à l’encontre des paroles de Paul. Chacun(e) reçoit de l’Esprit des dons uniques, liés à sa personnalité, à son histoire, aux besoins du monde et de l’Eglise, pour le service de l’amour.

_ « L’Eglise est une, elle forme une multitude toujours plus étendue grâce à une fécondité toujours plus grande. Ainsi les rayons du soleil sont nombreux mais sa lumière est unique… Nombreuses sont les branches de l’arbre, mais unique est le tronc vigoureux, planté sur des racines tenaces ; d’une seule source viennent bien des ruisseaux, et bien que leur multiplicité ne découle que de la surabondance des eaux, leur origine est cependant unique. Sépare un rayon de soleil de sa masse et l’unité de la lumière n’en subit pas de division ; arrache une branche à l’arbre et la branche arrachée ne pourra plus germer ; coupe un ruisseau de sa source et coupé il tarit.
Il en est de même de l’Eglise. Illuminée de la lumière du Seigneur, elle répand ses rayons dans le monde entier, mais une est la lumière partout diffusée, sans que l’unité de son corps en soit morcelée.
Ses branches couvrent la terre entière de leur vitalité exubérante, ses ruisseaux s’épanchent au loin avec largesse ; pourtant unique est la tête, unique est la source, unique est la mère aux fécondes et successives maternités. C’est elle qui nous enfante, son lait qui nous nourrit, son esprit qui nous anime »
St Cyprien de Carthage (+martyr en 258)

Au seuil de la semaine de prières pour l’Unité, ne pouvons-nous pas nous interroger ? Somme-nous prêts à accepter que, dans l’Eglise, dans nos diverses familles ecclésiales, dans nos communautés, les appels de l’Esprit conduisent les uns et les autres à des manières de faire la vérité et de vivre l’Evangile assez différentes les uns des autres ?
Il ne s’agit pas de formes cachées d’individualisme mais reconnaître qu’un même Souffle nous anime dans la construction d’un même Corps dont le Christ est la tête, l’Esprit et l’énergie. Sommes-nous prêts à célébrer l’Eucharistie, à rendre grâce à Dieu pour une telle diversité au sein de l’Eglise de Jésus Christ ? « ou bien méprisez-vous l’Eglise de Dieu » ?

Pour un lien avec l’évangile de Cana… « Par l’Esprit Saint, la charité sera en nous. Nous serons rendus fervents par ce vin nouveau, enivrés par ce calice précieux comme les martyrs. Et pourquoi s’étonner devant le martyr ? C’est un homme ivre. De quoi est-il ivre ? de charité » St Augustin

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>