Accueil > Prier avec nous > Homelies > 27 novembre 2011-1er Dimanche de l’Avent B

 

27 novembre 2011-1er Dimanche de l’Avent B

Isaïe 63, 16 – 64,7 1 Corinthiens 1, 3-9 Marc 13, 33-37

1). Pourquoi cette lettre aux Corinthiens
2). Ce que dit le texte
3). Ce qu’il nous donne pour commencer une nouvelle année liturgique.

1). En allant ici et là dans les rues d’Athènes, Paul a bavardé avec les uns et les autres ; il racontait des choses si étonnantes qu’il fut invité à s’exprimer devant les autorités responsables (l’Aréopage). Il avait bien préparé son discours mais il ne put aller jusqu’au bout. Quand il parla de la résurrection d’un certain Jésus, charpentier à Nazareth, on lui coupa la parole : il n’était plus crédible !

Instruit par cet échec, il arrive à Corinthe, une ville très religieuse, parsemée de sanctuaires dédiés à diverses divinités. Là, il s’adresse au peuple des débardeurs du port. Il dit ce qu’il a à dire sans prétention oratoire. Et là, sa parole est ac-cueillie. Il resta environ dix-huit mois à Corinthe.
Un bon prédicateur bien formé, Apollos, avait pris le relais… avec trop de suc-cès, semble-t-il. Il parlait mieux que Paul ! Résultat : la communauté est divisée. Paul doit intervenir. C’est sa 1ère lettre aux Corinthiens.

2). Ce que dit le texte :
Après les salutations d’usage, Paul entreprend de calmer le jeu. « Que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père, et de Jésus Christ, le Seigneur. » Les Corinthiens n’ont pas besoin d’une grâce qui aurait sa source dans le cœur des prédicateurs. Paul ne veut pas entrer en compétition avec Apol-los. Evidemment, c’est lui, Paul, qui écrit mais sans se mettre en avant. Il ne se félicite pas de sa réussite à Corinthe et il ne félicite pas les Corinthiens puisqu’il va leur faire des reproches. Au moins, qu’ils ne fassent pas mousser leurs diffi-cultés ! Au lieu de faire des sondages sur les mérites de Paul et d’Apollos, qu’ils remontent à la source. C’est Dieu, par son envoyé Jésus Christ, qui leur donnera la grâce et la paix et non point tel ou tel prédicateur.
La grâce, c’est la bienveillance de Dieu. Elle n’est pas un dû mais un don. Dieu l’accorde non pas à ceux qui ont seulement des oreilles sensibles aux beaux dis-cours mais à ceux qui mettent leur foi en son Fils.
La grâce donne la paix du cœur qui conduit à la joie.

« Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet, pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ Jésus ; en lui vous avez reçu toutes les richesses, toutes celles de la Parole et toutes celles de la connaissance de Dieu. » Si dans sa prière, Paul et Apollos peuvent faire défiler les visages concrets qu’il ont ren-contrés à Corinthe, il doivent revenir à l’essentiel. Ils ne sont que des canaux qui ont permis à la grâce de Dieu de les atteindre.
Dieu a accordé deux dons : la Parole, autrement dit un repère pour conduire leur vie et la connaissance de Dieu, non pas une connaissance qui habiterait seule-ment la mécanique du cerveau mais une connaissance qui modifie le cœur et le comportement quotidien. Paul et Apollos n’ont pas apporté une « valeur ajou-tée » aux dons que Dieu a faits.

« Le témoignage rendu au Christ s’est implanté solidement parmi vous. Aucun don spirituel ne vous manque, à vous qui attendez de voir se révéler notre Sei-gneur Jésus Christ. » St Paul ne s’adresse pas à un responsable de la commu-nauté mais à tous. Ensemble, ils ont tout ce qu’il faut pour vivre leur foi avec justesse et dans l’harmonie. C’est ensemble qu’ils ont témoigné, chacun selon ses possibilités.
Attendre le retour du Seigneur, c’est cela qui va leur permettre de dépasser leurs querelles qui bouchent leur horizon.
Ce retour de Jésus est certain car « Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à vivre en communion avec son Fils, Jésus Christ notre Seigneur. »

3). Pourquoi lire ce texte le 1er dimanche de l’Avent ?
La vie des chrétiens de Corinthe était donc empoisonnée par des querelles autour de deux leaders, Paul et Apollos (deux seulement, pourrait-on dire !). La nôtre est en-vahie de multiples petits soucis qui génèrent de multiples petits conflits à l’in-térieur de l’Eglise et au dehors. Ils rétrécissent notre horizon et stérilisent notre témoignage.
Dans toutes les sociétés en difficulté, on dénonce des responsables et on cherche des gens capables de se dégager des intérêts trop particuliers et de prendre de la hauteur.
La vie de chaque baptisé dit quelque chose de la vie de l’Eglise. Avec ce pre-mier dimanche de l’Avent, l’Eglise prend un nouveau départ pour être au service d’un monde qui a besoin de justice et de paix. Des désirs et des attentes des hommes, l’Eglise en fait sa prière. Elle invite les baptisés à prendre de la hauteur et à évaluer à leur juste mesure l’importance de leurs ennuis et à regarder plus loin. Il s’agit de réveiller en nous la grâce de la venue de Jésus et de préparer son retour.

Tout jardinier prend le temps de sarcler ses plates-bandes pour permettre à ses salades de se développer. Aucun don spirituel ne manque à notre Eglise ! Pour permettre à ces dons de s’exprimer, encore faut-il sarcler notre quotidien. Les médias nous ressassent des opinions qu’il faudrait accepter comme des dogmes sous peine d’être marginalisés. Que les chrétiens découvrent la Parole de Dieu a-vec un esprit neuf et ils sauront faire le tri entre ce qu’il faut garder et rejeter.

Il nous arrive de dire à des gens Bonne route ! Ils étaient avec nous ; ils nous quittent pour aller ailleurs. La plupart du temps, ils retournent chez eux.
Avec une nouvelle année liturgique, nous avons une route spirituelle à parcourir. Accueillons le souhait de St Paul : « Que la grâce et la Paix soient avec vous… et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ. »
D. Boëton

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>