20e Dimanche C

20e Dimanche - 2ième lecture : Hébreux 12/1-4 }

1 Ainsi donc, nous aussi, qui avons autour de nous une telle nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui sait si bien nous entourer, et courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée,
2 les regards fixés sur celui qui est l’initiateur de la foi et qui la mène à son accomplissement, Jésus, lui qui, renonçant à la joie qui lui revenait, endura la croix au mépris de la honte et s’est assis à la droite du trône de Dieu.
3 Oui, pensez à celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle opposition contre lui, afin de ne pas vous laisser accabler par le découragement.
4 Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang dans votre combat contre le péché

A propos de cette lecture :

La foi ne va pas de soi et les juifs de Palestine, devenus chrétiens, qui subissent la persécution le savent bien. Leur foi risque ce faiblir, aussi l’auteur s’efforce de les réconforter en regardant et admirant tous les témoins de la foi qui ont persévéré et grâce à leur fidélité ont fait par avance l’expérience de la résurrection.
A l’exemple des ancêtres dans la foi, Abraham, Moïse, et tant d’autres, cette nuée de témoins qui nous entourent nous réconforte par son témoignage. Ils auraient pu se croire seuls à lutter contre le découragement, alors qu’ils pouvaient se sentir solidaires de cette foule immense qui est passée , elle aussi, à travers la souffrance et la persécution. Il invite la communauté des Hébreux à tenir bon dans la foi. Comme les athlètes se sont délestés de tout le superflu et « débarrassés de tout ce qui alourdit » leur course pour faciliter leur foulée ainsi les chrétiens persévèrent dans les combats de la foi.
Aussi l’auteur les invite et les exhorte à se ressaisir, traqués qu’ils sont par ceux qui n’adhèrent pas à Jésus et refusent de reconnaître en lui le Messie et tenir bon..
En faisant mémoire, pour eux et avec eux, des témoins de la foi de l’Ancienne Alliance (lecture de dimanche dernier) l’auteur désigne Celui qui clôt cette longue liste de croyants qui ne jouissaient pas de la Lumière qui est la leur aujourd’hui.
Celui qui inaugure l’Alliance Nouvelle, c’est Jésus le premier de cordée. Il invite à garder les yeux fixés, à contempler celui qui est l’initiateur, le témoin par excellence, l’accomplissement de la foi : Jésus.
Non seulement témoin mais c’est lui qui est à l’origine et au terme de la foi :
« à l’origine c’est lui qui appelle et invite à le suivre » : au terme « il ouvre la route et nous indique le terme qu’il a lui même rejoint : « le Père ».

Tenir bon, « Courons avec endurance l’épreuve , les yeux fixés sur le Chef et le consommateur de la foi, Jésus… » suppose pour tout athlète trois éléments importants : l’entraîneur (qui pour le croyant est Jésus même) ; les spectateurs dans les gradins qui l’encouragent (c’est la foule immense des témoins) et l’énergie, la vitalité nécessaires pour parcourir une longue distance, celle que nous donne l’Esprit, la Parole, le Corps et le Sang du Christ, l’amour de la communauté fraternelle.
L’endurance est le fruit d’un renoncement. Comme les sportifs savent qu’il est indispensable de perdre quelques kilos pour garder la forme ainsi sommes-nous appelés à abandonner tout ce qui alourdit notre disponibilité, notre marche dans la foi et distrait de l’essentiel. Pour l’homme croyant il s’agira avant tout de rejeter le fardeau de tout péché qui entrave l’élan de la foi et de l’espérance.
Notre seul exemple, notre seul guide c’est Jésus qu’il appelle « le consommateur » v2 « cad celui qui mène à la perfection : Jésus est à l’origine et au terme de la foi » Osty

V1 :A la suite de Jésus, comme les coureurs du stade nous avons à courir jusqu’au bout et avec endurance dans la voie pascale où il nous précède. Il s’agit de durer, de demeurer, d’être fidèle, mais d’une fidélité ancrée dans la fidélité de Dieu à son amour.
Aujourd’hui face à tant de violence gratuite, de souffrances et d’épreuves nous sommes pris par le doute et le vertige. Il importe de ne pas oublier que nous ne sommes pas seuls : le Christ se met de notre côté, avec nous, près de nous : « voici que je suis avec vous jusqu’à la fin des siècles » Avec cette certitude nous avons l’exemple de nos ancêtres dans la foi qui nous soutiennent. Leur exemple et leur solidarité nous permet de sortir de notre isolement, notre solitude dans laquelle nous nous croyons parfois, souvent enfermés alors que nous sommes en communion avec « le parfait initiateur de la foi » qui a traversé l’épreuve et qui est assis à la droite du Père.
.
V2 : Jésus est au cœur de l’histoire de l’humanité et cependant nous avons beaucoup de difficulté à voir sa présence et cependant c’est dans la foi que nous sommes appelés à le découvrir et en vivre.

V3 : Jésus est affronté au même destin que le nôtre : il naît dans une famille, un peuple, un village. Il rencontre et se bat contre les tentations du pouvoir, de l’orgueil, du découragement. Affronté au rejet par les siens il connaît l’effroi de la peur avant les souffrances de la passion et de la mort. Il a cette certitude que son Père ne l’abandonne pas : il est conforté dans son agonie, il garde pleinement confiance dans son Père, même s’il semble être touché par le doute, ce n’est en tout cas pas en raison d’une déficience mais il a connu en tout , sauf le péché, les richesses et les limites de notre humanité jusqu’à la mort.

La première question à se poser n’est pas de savoir si l’on pourra tenir le coup, mais si l’on croit à la fidélité, à l’amour de Dieu à notre égard pour demeurer dans son amour. Les chrétiens doivent se la poser en raison des revers et difficultés qu’ils ont déjà connues et que le martyr risque de suivre, mais surtout s’appuyer sur la certitude que Dieu ne nous lâche jamais et nous sommes précieux à son cœur.
L’auteur veille à ce qu’à tout prix les chrétiens ne se laissent pas gagner par le découragement. Il revient encore au verset 5. Pour persévérer il faut regarder le Christ et se débarrasser de tout ce qui encombre. « La foi ne peut être une charge et il faut se désapproprier de notre façon de voir Jésus. La foi n’est pas un meuble de la chambre qu’on ne déplace guère et on ne court pas avec des valises sur la tête » Debrock
Il est bon de ne pas oublier l’enseignement des Ecritures qui souligne qu’en Père aimant, dieu se sert des épreuves pour nous faire grandir dans la foi et la confiance. Les épreuves ne peuvent et ne pourraient être contournées et sont la preuve concrète que Dieu traite les croyants comme ses fils (v 6-7) .

}

 

Saint Bernard,

 
 

 

 

 
 
 

 

 
 

Abbaye du Port du Salut - 53260 Entrammes | tél : (33) 02 43 64 18 64 - fax : (33) 02 43 64 18 63

 
>>>>